Yasser Benhar, Marouane Youssoufi, Youssef El Idrissi et Youssef Zaoui

3ossARaT

3ossARaT est un projet proposé par un collectif d’artistes casablancais composé de Yasser Benhar, Marouane Youssoufi, Youssef El Idrissi et Youssef Zaoui.

En parallèle à leurs études d’audiovisuel, art, philosophie ou sociologie urbaine, ils ont chacun développé une pratique artistique personnelle avant de décider de se regrouper en collectif tout en suivant ensemble le Master d’Ingénierie culturelle et artistique à l’Université Ben M’sik.

« 3ossARaT » est une recherche et une expérimentation autour des traces de la mémoire urbaine et collective des quartiers populaires, notamment du quartier Aïn Chock à Casablanca.

Pendant leur résidence à l’Atelier de l’Observatoire, le collectif a mené une série d’enquêtes, recherches et collectes d’histoires et de récits, mais aussi de pratiques populaires. Ils se sont notamment intéressés aux activités et jeux de rue (l’biyy, lastik, zddi, dama, trombiya, ballon de foot, etc), aux pratiques de ramassages qu’ils nomment les « travaux improvisés » (ramasseur de bouteilles, vendeur de javel, ramasseur des restes de pain, vendeur de chamilla, pirouri, etc), ainsi qu’à la ré-utilisation empirique des bâtiments historiques par les habitants (qui témoigne des évolutions urbanistiques de la ville et des modes d’appropriation imaginées par ceux qui l’habitent).

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ 

L’attention particulière portée aux marges de la ville et de la société (les quartiers populaires périphériques), aux marges de l’histoire officielle (les récits des habitants sur l’histoire de leur quartier) mais aussi aux marges des pratiques mémorielles (avec une attention donnée aux pratiques urbaines et aux méthodes de récupération) s’inscrit dans une volonté de donner voix à ceux qui n’ont habituellement pas la parole.

Après un temps de recherche pendant lequel ils ont tissé des liens avec les habitants et tenté de saisir la complexité sociale du lieu, ils se sont inspirés de l’identité urbaine de Aïn Chock pour créer un ensemble d’œuvres interactives aux supports variés (installations interactives, créations sonores, vidéo et photographies).

Le processus participatif à l’œuvre pendant toute la période de recherche est au cœur de l’approche et des méthodologies de travail en collectif qu’ils ont expérimenté. Il sera prolongé lors de l’exposition grâce aux œuvres avec lesquelles le public peut interagir. Les interactions, rencontres et échanges donneront lieu à de nouveaux enregistrements, et de nouvelles créations.

Les jeux créés, revisités ou complètement imaginés et inventés par le collectif pour «3ossARaT», se veulent témoins et réceptacles d’une situation sociale (et de son évolution). Ils questionnent aussi la capacité d’inventer et de créer comme mode de résistance. Les récits collectés par les artistes se veulent ainsi une modeste contribution à l‘écriture partagée d’une histoire des marges.