Musée Collectif: Sidi Harazem

Réhabiliter SIDI HARAZEM 

 

En 1960, l'architecte Zevaco conçoit le site thermal de Sidi Harazem dans un style architectural moderniste brutaliste. Connu à Casablanca notamment pour le marché et le passage souterrain qui portent son nom, Zevaco est l'architecte (avec Azagury) de la reconstruction de la ville d'Agadir dans ce même style qui se caractérise notamment par une utilisation "brute" du béton.

 

Haut lieu du tourisme thermal dans les années 70 et 80, le site de Sidi Harazem est progressivement laissé à l'abandon et l'audacieuse proposition architecturale de Zevaco largement dévalorisée et oubliée.

 

A l'initiative de Aziza Chaouni Project et de la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG), et avec le soutien de "Keeping it Modern" de la Getty Foundation, le projet de réhabilitation de Sidi Harazem propose d'adopter une approche participative, en impliquant habitants et décideurs politiques. 

 

Pour la semaine inaugurale d'ateliers qui s'est déroulée début juillet 2018à l'initiative de Aziza Chaouni Projects, l'Atelier de l'Observatoire a proposé d'initier un programme de résidence d'artistes à Sidi Harazem en invitant les artistes Laila Hida, Abdellah Hassak et Zineb Andress Arraki, rejoints par le photographe M'hammed Kilito, à intervenir, en parallèle aux actions de Mohamed Fariji et Léa Morin pour une conception d'un Musée Collectif de Sidi Harazem, avec des lycéens et étudiants en architecture.

 

En privilégiant l'action et la diffusion in situ et participative, l'Atelier de l'Observatoire souhaite ainsi, tout au long du projet de réhabilitation, proposer des périodes régulières de résidence partagée sur le site thermal afin de permettra la conception de nouvelles oeuvres et projets artistiques autour des enjeux architecturaux, sociaux, économiques et politiques que soulèvent le lieu. Cette proposition fait aussi référence aux relations particulières de Zevaco avec l'art et les artistes qui fait partie intégrante de sa proposition architecturale.

 

En travaillant à partir des mémoires collectées, des récits des habitants et commerçants (anciens et nouveaux), de l'architecture et son appropriation, des traces et objets inventoriés, des mythes et croyances qui entourent le site, mais aussi des archives de l'architecte et de l'hôtel, nous tenterons de proposer un Musée Collectif de la mémoire de Sidi Harazem, pensé et conçu avec les habitants, lycéens, commerçants, étudiants en architecture et artistes invités. 

Pour en savoir plus :

Page facebook du projet de réhabilitation. Aziza Chaouni Projects

Article de Kaouthar Oudrhiri, Tel Quel, aout 2018

Visite guidée par les lycéens du douar suite à la formation de Made in A.

Laure Augereau, Zineb Andress Arraki, Mohamed Fariji et Laila Hida.